Webcam coquine en direct

Sexe en direct avec une femme sans tabou

Première sodomie pour une meuf sexy

Tu te tiens face à moi, les bras tendus vers moi. Vous protestez légèrement alors que j’attache les menottes de bondage autour de vos poignets. Tu m’as promis qu’on pourrait faire tout ce que je voulais pour mon anniversaire. C’est aujourd’hui. Tu n’étais pas très heureux de mon choix de sexe anal pour mon cadeau. Tu as longtemps hésité à me laisser avoir ton cul.

Toujours à te plaindre, tu t’allonges face contre terre sur le lit. J’attache des cordes aux poignets et à la tête de lit, en tendant les bras au-dessus de la tête. Vous ne portez qu’une culotte, que j’enlève rapidement. J’attrape d’abord une cheville, puis l’autre et je les attache aux montants inférieurs du lit. Vous commencez à vous plaindre, à me dire que vous avez changé d’avis, et à vous laisser aller.

J’attrape vos cheveux et je vous tire la tête en arrière. Vous criez quand je le fais, en ouvrant la bouche pour crier. J’enfonce rapidement le bâillon de la balle dans votre bouche et l’enroule autour de votre tête. “Trop de bruit”, vous dis-je, en relâchant votre tête. Vous continuez à essayer de parler, en faisant seulement des bruits de bave à travers le bâillon. Vous en avez finalement assez que je rie de vos tentatives futiles de parler, et vous vous taisez. J’embrasse lentement ton dos puis tes jambes. Alors que je tire ma langue le long de tes cuisses, tu commences à te coucher lentement, et je remarque que de la cyprine s’accumule dans ta fente.

Je plonge mes doigts dans ton quim. Juste assez loin pour y faire couler ton jus. Je traîne lentement mes doigts mouillés dans la fente de ton cul. Tu frissonnes quand je traverse ton trou plissé, mais je continue à bouger. Mes doigts traînent le long de ton trou et s’arrêtent juste avant ta chatte. Puis je remonte jusqu’au sommet de la fente. J’obtiens plus de lubrifiant naturel de ta chatte et je trace à nouveau la fente de ton cul. Seulement cette fois, je m’arrête à ton trou arrière et je fais doucement des cercles autour de celui-ci, en augmentant doucement la pression au fur et à mesure que je fais des cercles. Je sens que tu te détends momentanément, et je relâche le bout de mon doigt dans ton derrière. Tu couines autour du bâillon, mais c’est une surprise, pas une douleur. J’enfonce lentement mon doigt dans ton cul. Je m’arrête, je me retire et je l’insère à nouveau, un peu plus profondément cette fois. Je répète l’invasion encore et encore jusqu’à ce que mon doigt soit enfoncé profondément en toi. Je commence à faire de doux mouvements circulaires. Au fur et à mesure que les cercles deviennent plus grands, je commence à dévisser mon doigt de ton cul. Alors que je me rapproche de l’enlèvement de mon doigt, ton cul s’élève dans les airs. “Unghh”, tu grognes alors que j’utilise deux doigts pour te pénétrer. Quand je répète le mouvement de dévissage, ton cul se lève haut du lit pour que mes doigts restent plus longtemps en toi.

Je chevauche tes cuisses et je regarde ta chatte faire une flaque sur le lit. J’étale mon pré-cum sur ma queue et je presse la tête contre ton bouton de rose. Alors que j’augmente doucement la pression, je remarque que tu repousses ! Doucement, lentement, j’ouvre une brèche dans ton sphincter. L’épaisse tête de ma bite s’enfonce dans ton minuscule trou. Je m’arrête et te donne une chance de t’adapter aux nouvelles sensations qui parcourent ton corps à partir des millions de terminaisons nerveuses de ton cul. Je peux sentir ton trou palpiter autour de mon gland. Je supporte toutes les sensations que je peux, avant de commencer à entrer plus profondément.

Centimètre par centimètre. Répétez, répétez, répétez. Lentement, délicieusement, j’entre de plus en plus profondément en toi. Vous vous tortillez en faisant des bruits de chaton, en miaulant à cause des sensations inconnues que vous avez dans le derrière. Je sens enfin ton cul se heurter à mes cuisses et j’ai la plus grande partie de ma bite en toi. Tu commences à faire des cercles avec tes hanches et à te raser le cul.

Je pose mes mains sur ta taille et je me presse dans le lit. Le mouvement pousse ton cul plus loin dans les airs. J’enfonce lentement des boules du chapelet anal dans ton cul. Tu pétris les draps avec tes mains, tu gémis dans le bâillon et tes fesses se détendent complètement ! Accroché, sans avoir le choix, votre corps s’abandonne complètement aux nouvelles sensations qui émanent de votre petit cul.

Alors que je retire ma bite, je sens la succion de ton cul autour de mon gland. Lentement, je commence à me balancer d’avant en arrière. J’ai les couilles profondes, puis je me retire jusqu’à ce que la tête sorte presque, puis je rentre à nouveau. Je prends lentement de la vitesse pendant que tu t’adaptes à l’assaut sur ton cul. Tu hurles comme un chat en chaleur quand je t’emmène. Je peux voir la luxure débridée dans tes yeux, alors que tu me donnes ton cul. Je te baise jusqu’à ce que tes fesses soient rouges. Le lit est trempé de ton jus.

Je ne peux pas me retenir plus longtemps alors que j’explose dans ton trou de cul hurlant. Ton sphincter se serre à la base de ma bite comme un cock ring naturel. Il faut que mes noix exercent une pression supplémentaire pour se décharger parce que ma bite est tellement serrée. Je rugis comme un lion qui s’accouple et je force mon sperme aussi profondément que je peux t’atteindre. Un coup après l’autre, tu te retrouves derrière toi et tu te fais sucer par ton cul. Tes cris se mêlent à mes rugissements. Des sons d’animaux résonnent dans la maison alors que nous nous effondrons tous les deux d’épuisement et que les spasmes engourdissants de l’esprit s’estompent.

Je chuchote : “J’espère que mon cadeau ne t’a pas causé trop de problèmes, ma chérie.”

premiere sodomie meuf sexy

© Copyright 2019 https://miss-couine.com/ - Tous droits réservés