Webcam coquine en direct

Sexe en direct avec une femme sans tabou

Femme baisée par deux bites au stade

J’étais dans la file d’attente des concessions au stade de Tampa quand c’est arrivé. Je m’étais gentiment portée volontaire pour aller chercher la prochaine tournée de bière pour mon petit ami, afin qu’il puisse continuer à regarder le spectacle de la mi-temps. Je savais qu’il aimait regarder les pom-pom girls. Je savais que je n’avais aucune raison d’être jalouse, car il ne me tromperait jamais.

Je suis sûre que toutes les tribunes des stades sont les mêmes, surtout à la mi-temps. Les immenses halls étaient pleins de monde, on ne voyait même pas nos pieds, il y avait tellement de monde. Je portais une mini, un volant complet. Même la plus légère des brises sifflait en dessous et me titillait la chatte. J’aimais cette sensation et j’ai toujours eu tellement chaud dans le stade que j’ai commencé à m’habiller pour le confort plus que pour l’apparence. J’ai porté un petit débardeur assorti et des sandales à talons bas. J’étais tout à fait à l’aise, et je ne pensais pas que j’étais trop mal.

On se bouscule souvent dans ces lignes, et plus d’une fois quelqu’un s’est frotté à mes fesses ou à mes seins. Je ne savais pas si parfois c’était fait exprès ou non, et je ne m’en souciais pas vraiment. Si le type se retournait et souriait en s’excusant, je lui envoyais toujours un sourire indulgent ou je faisais semblant de ne pas le remarquer.

J’étais dans la file depuis une dizaine de minutes quand j’ai enfin remarqué l’homme derrière moi. Je ne me suis pas retourné pour le regarder, mais je pouvais sentir sa proximité dans mon dos. Il ne me semblait pas trop grand ni intimidant, alors j’ai continué à l’ignorer et à attendre mon tour dans la file. Quand j’ai senti une main sur mon cul, j’ai su que c’était la sienne. Dois-je me retourner, me suis-je dit ? Mais non, je ne veux pas de confrontation. D’ailleurs une partie de moi se demandait ce qu’il avait prévu. Pensait-il pouvoir me toucher à la vue de tous ces gens ?

Soudain, une foule d’enfants a traversé la ligne en allant aux toilettes des hommes, et l’homme derrière moi en a profité. Ses mains ont agrippé mes hanches et il m’a tiré en arrière contre lui. Sa bite était rigide contre mon cul, et un frisson d’excitation m’a traversé, s’enroulant jusqu’à mes reins. Il m’a tenu là quelques instants, et quand je n’ai pas protesté, ses mains se sont déplacées vers le devant de ma jupe.

Je regardais frénétiquement autour de moi pour voir si quelqu’un d’autre l’avait remarqué, mais si c’était le cas, il ne le laissait pas paraître. La conversation rugissante a continué, et j’ai continué à être bousculée par des corps invisibles ainsi que caressée par l’homme derrière moi. Le petit frisson d’excitation s’est intensifié jusqu’à ce que je sache que je me mouillais. Mes tétons se sont durcis sous mon réservoir. Je ne portais pas de soutien-gorge, encore une fois par souci de confort, mais à ce moment-là, j’ai souhaité en porter un. Peut-être qu’un soutien-gorge ne ferait qu’ajouter un peu de secret à ce que je ressentais. Mes tétons se détachaient comme des petites sentinelles, annonçant mon état d’excitation.

Sa main a soulevé ma robe et mes genoux ont tremblé. Il allait me toucher ! Les doigts de l’une de ses mains caressaient ma chatte à travers le tissu fin de ma culotte en coton, tandis que l’autre main se frayait un chemin jusqu’à mon sein gauche. Si haut ! Quelqu’un allait certainement le voir ! Mes yeux se sont envolés vers l’homme qui se tenait juste à côté de moi. Il a rencontré mon regard, avant de poser ses yeux sur la main qui se trouvait sur mon sein. Il a souri, le sourcil arqué. Je ne savais pas comment réagir, alors j’ai simplement souri en retour, nerveusement.

Derrière moi, j’ai senti la main à mon entrejambe tâtonner avec ma culotte. Par moments, il les faisait descendre, le long de mes cuisses, jusqu’à ce qu’elles tombent sur le sol sale. Maintenant, sa main avait totalement accès à ma chatte sensuelle et humide. Il m’a enfoncé un seul doigt en moi sans prévenir. J’ai presque crié à la soudaineté. L’homme à côté de nous a souri plus fort. Je pensais qu’il s’était peut-être approché encore plus près de moi, mais j’étais trop distraite pour y prêter vraiment attention. Une main a joué avec mon téton à travers ma chemise, pendant qu’il me baisait la chatte avec son doigt. Mes jambes voulaient lâcher. Je n’ai pas pu m’en empêcher, un petit gémissement a échappé à mes lèvres.

L’homme à côté de moi a encore souri, sa main s’est approchée pour toucher mon autre sein. J’ai frémi. Comment ose-t-il ? Que pouvais-je dire ?

C’est alors que j’ai entendu le bruit métallique d’une fermeture éclair que l’on abaisse. Je savais que l’homme derrière moi lâchait sa bite. J’avais tellement envie de le sentir que j’ai presque pleuré à en avoir envie. J’ai tendu une main derrière moi pour la toucher. Il l’a mise dans ma main. Elle était énorme ! Longue et si large à la base que je ne pouvais pas enrouler mes doigts autour d’elle. Oh Dieu de sentir cette énorme bite dans ma chatte. La sentir me baiser par derrière, c’était ce que je voulais. Je me suis penché un peu en avant, autant que je pouvais dans la foule du stade, et j’ai regardé par-dessus mon épaule.

J’avais oublié l’homme qui me regardait, même s’il avait une main sur ma poitrine. Mais quand j’ai regardé par-dessus mon épaule, il m’a arrêté, a souri à celui qui me doigtait par derrière et a hoché la tête. La communication tacite m’a troublé – tout ce que je voulais, c’était cette énorme bite en moi. J’en ai frémi de besoin. Le spectateur a forcé mon attention, en tendant la main sous ma chemise. Il a saisi un de mes seins dans une prise punitive, serrant mon mamelon entre le pouce et l’index. La douleur aiguë m’a excitée encore plus. Je pouvais sentir le jus de ma chatte couler le long de mes cuisses, autour des doigts de l’autre homme. J’ai relevé ma jupe dans le dos et j’ai frotté mon cul contre sa bite dure exposée. Je lui ai dit que je le voulais en moi.

Son doigt a quitté ma chatte palpitante, et il a de nouveau saisi mes hanches avec ses deux mains. Lentement, discrètement, il a guidé sa bite dure dans ma chatte lisse, en voulant de la chatte. J’ai failli arriver à ce moment-là. J’ai frissonné, et si le spectateur n’avait pas bougé devant moi pour saisir mes seins, j’aurais glissé sur le sol dans une flaque de luxure méconnaissable.

Par derrière, l’homme m’a baisé, en pompant lentement, en tirant presque jusqu’au bout, avant d’enfoncer son énorme bite dans la poignée. Je sentais ses couilles rebondir contre mon cul. Je ne pouvais pas rester silencieux. Des gémissements ont échappé à mes lèvres, attirant l’attention. J’ai fermé les yeux, sans me soucier de rien. Je n’avais jamais éprouvé un tel plaisir de toute ma vie. J’étais là, dans un stade bondé, mon petit ami m’attendait sur nos sièges et un parfait inconnu me baisait la chatte par derrière. Et un autre étranger m’aidait à rester debout. Merde ! J’ai joui, fort, le jus de ma chatte coulant comme jamais auparavant. J’ai frissonné, et pendant une minute, je crois que j’ai perdu connaissance.

Je me suis réveillé quand il est sorti de moi. Il m’a tourné pour le regarder en face, et j’ai presque crié de stupeur. Un homme noir, d’environ ma taille, se tenait là, un sourire fendant son visage sombre en deux. “Suce-moi, salope. Ou tout le monde va te faire !”

J’ai regardé sa bite, toujours aussi dure et brillante de mes propres sucs. J’ai glissé à genoux devant lui, sans me soucier si quelqu’un le remarquait maintenant. Il m’a mis sa grosse bite dans la figure et j’ai ouvert la bouche. Il a poussé à l’intérieur, les mains dans mes cheveux. Il s’est balancé d’avant en arrière, en me baisant le visage. Je n’ai rien pu faire pour résister, et honnêtement, je ne suis pas sûr que je l’aurais fait de toute façon. Je sentais qu’il se préparait à venir.

J’ai avalé les deux premières giclées, mais bientôt ma bouche n’a pas fonctionné assez vite et il m’a sauté au visage. Il a continué à frotter sa bite sur mon visage, sur ma joue, en mettant du sperme dans mes cheveux et jusqu’à ma poitrine et mes seins.

“Lèche-le, salope !”

Je l’ai fait, je voulais jusqu’à la dernière goutte. Une pensée soudaine m’est venue. Où était l’autre homme ? Il n’était sûrement pas parti ?

Alors que cette pensée se matérialisait, j’ai eu ma réponse. Sa bite, plus petite que celle du Noir, me fut jetée au visage. J’ai regardé dans ses yeux rieurs, choqué. En tournant la tête, j’ai vu plusieurs paires d’yeux qui me fixaient. Beaucoup d’hommes se frottaient la bite, certains l’avaient même sortie et se branlaient en me regardant. Dans quoi m’étais-je fourré ? Un frisson m’a traversé… et j’ai ouvert la bouche…

deux belles bites pour une salope

© Copyright 2019 https://miss-couine.com/ - Tous droits réservés