Webcam coquine en direct

Sexe en direct avec une femme sans tabou

dans le cul d’une jeune salope

En m’étirant lentement et en sortant du lit, mon nez a capté l’odeur du bacon et des gaufres. Il semblait que mon petit chaton préparait le petit déjeuner aujourd’hui. Je me suis assise et j’ai mis un peignoir, décidant que je n’avais pas vraiment envie de m’habiller. En descendant les escaliers, j’ai vu mon chaton regarder attentivement son bacon, qu’il avait cuit à la perfection et mis dans un bol tapissé de papier essuie-tout pour en vider l’huile. Elle m’a vu et a couvert son travail.

“Nooooo~” Elle pleurait de sa voix mignonne habituelle. “Ce n’est pas encore fait.”

“Ça sent bon bébé.” J’ai dit en me promenant.

Elle a soupiré et a continué à cuisiner. “Va-t’en, que je puisse finir.”

“D’accord, d’accord”, j’ai dit que je ne voulais pas la contrarier. “Je serai dans le salon alors.”

“Merci papa !” Elle a dit en allant vers le canapé et en faisant un spectacle.

Après environ 10 minutes, elle est venue avec du bacon, des oeufs et des gaufres. Le bacon et les œufs ont fait un visage souriant tandis que les gaufres étaient fouettées de crème et de saupoudrages.

“Joyeux anniversaire, papa ! Mon petit chaton a crié en m’embrassant sur la joue. En toute honnêteté, j’ai oublié que c’était mon anniversaire aujourd’hui.

“Merci beaucoup chaton.” J’ai dit en la tirant sur mes genoux avec son mignon petit cul. “Tu veux manger avec papa ?”

“Mhm”, dit-elle alors que je coupais notre nourriture et la nourrissais, changeant mon émission en dessin animé sur Disney Junior.

“Je dois encore aller en classe…” dit-elle sur un ton de défaite. “Mais… j’ai encore des cadeaux pour toi. Tu vas les ouvrir ce soir.”

“Des cadeaux ?” J’ai demandé, curieux de savoir ce qu’elle avait pu prévoir.

“Oui, mais c’est pour plus tard.” Elle m’a répondu en mangeant un morceau.

Nous prenons le petit déjeuner avant de nous préparer à aller au travail et aux cours. Elle a donné un rapide baiser sur la joue avant de prendre son sac et d’aller au collège en bas de la rue. J’ai souri et je me suis rendu au travail. Je ne me souvenais pas que c’était mon anniversaire, mais j’étais quand même curieux de savoir ce qu’elle avait reçu.

Je suis rentré vers 17 heures, j’ai crié que j’étais chez moi et j’ai vu du papier bulle par terre.

“Un paquet est arrivé ?” Je n’ai demandé qu’à recevoir une réponse très fausse.

“Euh… Non ?” Mon chaton a répondu, en venant d’en haut.

J’ai monté les escaliers, mais mon petit chaton m’a bloqué, son visage était rouge. “Pas de coup d’oeil !”

“Qu’est-ce que ça peut être… ?” J’ai demandé en me penchant de regarder dans le couloir.

“Rien !” Elle a crié, en rougissant fortement. “Maintenant, allez regarder la télé en bas !”

J’ai pris son visage dans ma main et j’ai serré ses joues l’une contre l’autre. “Ne crie pas sur papa bébé…”

“Sowwy…” Elle a rétréci presque immédiatement, se fondant dans ma main. “Mais c’est une surprise…”

Elle était presque en larmes, je l’ai embrassée sur le front et je l’ai laissée partir. “Appelle-moi quand c’est le moment.”

Elle m’a embrassé doucement et a couru vers notre chambre. J’ai descendu les escaliers et me suis assis sur le canapé, en attendant qu’elle descende. J’ai entendu un doux gémissement, mais je me suis contrôlé.

Je me demande quel genre de cadeau ce vilain chaton avait prévu…

Environ 15 minutes plus tard, elle a crié. “Papa !”

J’ai monté les escaliers pour voir mon petit attaché, portant un pli aveugle ainsi qu’une queue et des oreilles de chaton. Elle était à genoux, les seins exposés avec son harnais. J’ai regardé ma petite excitée, voyant qu’elle dégoulinait déjà sur le sol.

“Papa… ?” Elle a crié, complètement privée de mouvement et de vue.

Elle a entendu quand j’ai ouvert ma braguette, se redressant rapidement et ouvrant grand la bouche. Elle était déjà en train de baver, pensant probablement à cette nuit toute la journée. J’ai glissé ma bite dans sa gorge. Elle m’a sucé désespérément. Je gémissais en la sentant fredonner autour de ma bite, les vibrations rendant l’expérience tellement meilleure. J’ai attrapé ses cheveux, lui ai donné une égratignure derrière l’oreille qui l’a fait gémir sur ma bite. J’ai lentement fait entrer et sortir ma bite de sa gorge volontaire, la tirant avant de la pousser jusqu’à la base.

Je ne voulais pas finir dans sa bouche si vite, alors je me suis retiré. Elle a fait la moue pendant que je la tirais sur ses pieds et je l’ai guidée pour qu’elle s’allonge sur le ventre sur le lit, le cul en l’air pour papa. Je lui ai frotté le cul avant de lui donner une petite claque, ce qui a valu un gémissement à mon chaton. J’ai remarqué… que la queue n’était pas attachée.

“Bébé… c’est un bouchon de queue ?” J’ai demandé en tirant lentement dessus.

Elle a gémi et s’est mise à écrire pendant que je tirais avant de répondre. “Oui…j’ai entraîné mes fesses.”

“Est-ce que c’est mon cadeau… ?” J’ai demandé en tirant presque sur sa queue.

“Ah… Oui…” Elle a haleté quand j’ai lentement retiré le bouchon de son cul. “Papa possède tous mes trous…”

Sauf que j’étais excité. J’avais toujours voulu essayer d’entraîner son cul parfait, mais ça n’est jamais venu, et il semblait que ma petite avait compris.

“Où est le bébé lubrifiant… ?” J’ai demandé en écartant son cul.

“Mm…la commode…” Elle a gémi pendant que je lui donnais la fessée.

J’ai pris le lubrifiant de la commode, en appliquant un peu sur mon pouce que j’ai lentement inséré dans son cul. Elle a gémi pendant que je la doigtais lentement, avant d’appliquer une généreuse quantité de lubrifiant à la fois sur ma queue et sur son derrière. J’ai sorti mon pouce et j’ai écarté son cul à nouveau, avant d’enfoncer lentement ma bite dans son cul. C’était une sensation tellement différente de celle d’une chatte, les deux avaient leurs avantages… mais son cul était lisse et serré. Elle s’est cambrée pendant que je travaillais ma bite, en gémissant dans nos draps.

“Est-ce que tu apprécies ma bite dans ton cul, vilain chaton… ?” lui demandai-je en caressant ses joues légèrement rosées.

Elle a murmuré un oui dans les draps, appréciant d’être possédée dans le plus vilain des trous.

J’ai commencé à marteler lentement, appréciant son petit cul serré qui battait autour de ma queue. Je me suis approché d’elle, jouant avec son clitoris pendant que je la travaillais. Elle est arrivée en giclant sur ma main, elle a dû être sur les nerfs pendant si longtemps pour être aussi sensible. J’ai écarté ma main et je l’ai ramenée à ses lèvres pendant que je la battais, elle a aspiré désespérément le jus de mon doigt avant de crier en accélérant le rythme. J’ai gémi, son cul était si serré et désespéré pour la bite.

“Papa ! S’il te plaît, remplis le cul de ta salope !” Elle gémissait désespérément. “Remplis-moi de ta pâte à bébé toute la nuit !”

Je lui ai donné la fessée encore et encore, en lui massant les fesses au fur et à mesure qu’elle revenait. La sensation de son cul qui se resserre une seconde fois l’a fait pour moi. Un flot de chaleur après l’autre s’est déversé dans son cul, elle haletant alors que je ralentissais mes coups. Je me suis retiré lentement et j’ai remis son bouchon de queue en place. Son cul s’est rempli de ma came.

“Mm…je peux voir maintenant… ?” Elle m’a demandé alors que je lui retirais son bandeau. “Merci”

“Prêt pour que ta chatte soit utilisée… ?”

Elle a hoché la tête et s’est à nouveau courbée, la rapidité avec laquelle elle était prête à être utilisée m’a toujours impressionnée.

J’ai glissé ma bite encore dure dans sa chatte désespérée, elle avait déjà joui deux fois ; ce qui a fait un énorme désordre dans le lit. Je me suis massé autour de son clitoris en la frappant brutalement. Elle a gémi et a saisi ma bite avec son sexe pendant que j’abusais de son trou volontaire. J’ai attrapé une poignée de ses seins parfaits par derrière alors que je lui mordais le cou.

“C’est un super cadeau, ce chaton…” J’ai grogné dans son cou, elle a gémi mais sa chatte a pulsé, trahissant sa peur feinte.

J’ai tourné son visage avec ma main et je l’ai embrassée brutalement en gémissant dans sa bouche, comme elle m’a fait la même chose. Elle s’est enfoncée dans ma bite, gémissant bruyamment alors que nous l’amenions à un autre orgasme. J’ai sucé sa langue alors qu’elle s’éloignait.

“Je suis content que tu aies aimé mon papa actuel…” Elle m’a dit avant de m’embrasser à nouveau, me laissant à peine le temps de respirer alors que nous étions ensemble.

Je me suis retiré lentement, avant de défaire ses liens et de la laisser partir. Elle s’est effondrée sur le lit avant de gémir un faible “Je t’aime”.

“Je t’aime trop petit…” J’ai dit en m’allongeant à côté d’elle en la tirant vers ma poitrine.

Elle s’est agitée sur ma poitrine et a commencé à me nettoyer la bite. Léchant avec amour chaque goutte de foutre, avant de m’embrasser sur la poitrine puis sur moi.

“Mm…on a bon goût…” J’ai dit en nous goûtant sur sa langue.

“Oui, c’est vrai…” Elle a enroulé ses bras autour de mon cou.

“Tu veux faire une sieste sur la bite de papa… ?” J’ai demandé à voir son visage endormi.

“Oui, s’il te plaît…” Elle m’a dit en guidant ma bite dans son trou. J’ai gémi doucement, avec son gémissement dans ma poitrine.

“Merci pour ce grand anniversaire, mon petit…” J’ai dit en lui caressant les cheveux. Elle était déjà dehors comme une lumière, avec le plus grand sourire sur son visage.

“Fais de beaux rêves, petite…” J’ai embrassé son front et j’ai fermé les yeux, en m’endormant.

dans le cul d'une jeune salope

© Copyright 2019 https://miss-couine.com/ - Tous droits réservés